Langue
Français
Recherche
Editeurs
Acces rapide
Accès rapide :
Newsletter
Inscrivez vous à notre newsletter.
Je m'abonne
Je me désabonne

Lectures, rencontres, débats...

 

Pour suivre l'actualité de la librairie, rejoignez-nous sur Facebook !


Jeudi 14 septembre 2017 à 19h
L'équipe de la revue Délibérée
viendra présenter son premier numéro (éditions La Découverte)

La justice est-elle une affaire trop sérieuse pour être confiée à ses seuls professionnels ? En tout cas, les critiques en place publique, quelle que soit leur justesse, sont légion. Ce qui n'empêche pas d'entendre régulièrement que la justice serait incritiquable. Pour son premier dossier, Délibérée a décidé de s'arrêter sur cette apparente contradiction en posant frontalement la question : peut-on, au juste, critiquer la justice ? Non pas pour nier l'évidence des contestations dont elle fait l'objet, encore moins pour se joindre au chœur ridicule de ceux qui passent leur temps à dire partout qu'on ne peut plus rien dire nulle part, mais pour interroger la fonction, réelle et perçue, de la justice au sein de notre société.
Pour saisir la justice en actes, on trouvera aussi dans ce numéro 1 des contributions sur le juge aux affaires familiales (ce « passeur aux pieds d'argile entre les rives de l'intime et du droit »), le dispositif sous-utilisé de suspension de peine pour raison médicale ou encore la bataille judiciaire contre les contrôles d'identité au faciès. On lira également le témoignage du président d'une association de victimes des attentats du 13-Novembre, un entretien avec l'écrivain Ivan Jablonka ou encore le récit de la destruction de l'État de droit en Turquie.
Le numéro s'ouvre sur une « carte blanche » de Jean-Marie Delarue, haut fonctionnaire, pour en finir avec la fureur sécuritaire.

 




Jeudi 21 septembre 2017 à 19h
Lucienne Peiry
viendra présenter ses deux ouvrages :
L'Art brut (éditions Flammarion)
et Inextricabilia, enchevêtrements magiques : art brut, art sacré, art contemporain, art rituel africain, catalogue de l'exposition de La Maison rouge (éditions Flammarion)

Lucienne Peiry est Docteur en histoire de l’art, spécialiste d’Art Brut, commissaire d’expositions et conférencière. Elle donne un cours sur l’Art Brut à l’Université de Lausanne, ainsi qu’à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne.
Elle est notamment l’auteure de l’ouvrage L’Art Brut, publié chez Flammarion (1997, version augmentée et actualisée en 2016 ; traduit en anglais, allemand, chinois). Directrice de la Collection de l’Art Brut,
à Lausanne pendant dix ans (2001-2011), elle a favorisé l’enrichissement et le rayonnement du musée en Suisse et à l’étranger. Lucienne Peiry a organisé une trentaine d’expositions en Europe et au Japon, et donné des conférences ainsi que des cours en Europe, aux États-Unis et au Japon. Elle a entrepris plusieurs voyages dans le monde à la recherche de créateurs d’Art Brut inconnus afin d’accroître les collections du musée, d’étudier et de faire paraître des ouvrages et des films documentaires à propos de ces nouvelles découvertes. Elle a également été directrice de la recherche et des relations internationales de la Collection de l’Art Brut pendant trois ans (2011-2014).

 



Vendredi 29 septembre 2017 à 19h
Nikola Delescluse, Eric Dussert et les éditions Le Vampire Actif
viendront pour une soirée autour de
Gabrielle Wittkop
et de son ouvrage
Litanies pour une amante funèbre (éditions Le Vampire Actif)

Publié initialement en 1977 en version bilingue chez l’éditeur italien Cegna, le seul recueil de poèmes connu de Gabrielle Wittkop, Litanies pour une amante funèbre, était depuis longtemps devenu totalement introuvable. À l’occasion des 40 ans de sa publication initiale, Le Vampire Actif éditions redonne, en 2017, un deuxième souffle à l’ensemble des 31 textes qui s’offrent tels de maléfiques mantras et livrent une composition poétique au remarquable romantisme noir. Ouvrage préfacé par Eric Dussert et illustré par des reproductions de collages de Gabrielle Wittkop totalement inédits..

 


Jeudi 5 octobre 2017 à 19h
Caroline Frau, membre du Collectif du 9 août
viendra présenter l'ouvrage :
Quand ils ont fermé l'usine - Lutter contre la délocalisation dans une économie globalisée (éditions Agone).

Les effets de la délocalisation et l’organisation pour s’en défendre à partir de l’expérience concrète des ouvriers de Molex.

Cet ouvrage retrace la lutte des salariés licenciés de l’usine Molex, dans la commune de Villemur-sur-Tarn, pour empêcher la fermeture de « leur » usine dans un contexte de mondialisation de l’économie, de désindustrialisation française et de délocalisation, sur fond de crise économique en 2008. Il s’agit de comprendre les conséquences du licenciement tout autant que de la mobilisation politique sur les salariés licenciés. Ce livre est le résultat d’une recherche collective menée durant six ans par des politistes et sociologues qui ont suivi la fermeture du site de production et le combat des salariés.
Cette lutte a quelque chose d’improbable, tant en raison du choix des armes (principalement juridiques) que de son succès médiatique.

Le Collectif du 9 août est composé de neuf politistes et sociologues, en poste à Toulouse, Paris, Lyon, Lille et Marseille. Ils sont issus de diverses spécialités – sociologie politique, sociologie du travail, sociologie des médias, socio-histoire : Olivier Baisnée, Anne Bory, Bérénice Crunel, Éric Darras, Caroline Frau, Jérémie Nollet, Alexandra Oeser, Audrey Rouger, Yohan Selponi. Le nom du collectif est une référence à la décision de la cour d’appel de Toulouse du 9 août 2016 qui juge le licenciement économique des salariés de Molex Villemur « sans cause réelle et sérieuse » tout en précisant qu’en l’absence de situation de co-emploi la maison mère Molex Inc. ne paiera pas d’indemnités.
 


Jeudi 12 octobre 2017 à 19h
L'équipe de la revue Zilsel
viendra présenter son deuxième numéro (éditions du Croquant)

A propos du 1er numéro :

Science, technique, société : c’est un espace étendu dont la revue semestrielle de sciences humaines et sociales Zilsel propose de cartographier à la fois les régions surpeuplées, les confins méconnus, les espaces désertés et les frontières parfois ignorées.


Cette première livraison donne le ton. Elle est composée d’analyses originales basées sur des enquêtes et des réflexions amples, d’essais critiques sur la philosophie d’Alain Badiou, de rééditions de textes classiques, d’un entretien avec l’historien Roger Chartier sur les transformations contemporaines du livre et de l’écrit et, enfin, d’une série de notes critiques d’ouvrages récents. Ces contributions sont documentées, critiques, engageantes et, pour certaines, clivantes. Chacune à sa manière, elles partagent une même ambition, qui est de faire bouger les lignes et les fronts de recherche, d’instiller le doute contre toutes les formes de dogmatisme et d’ouvrir des brèches, pas seulement dans les limites aujourd’hui rognées des mondes universitaires et de la recherche.

Avec des contributions de Boris Attencourt, Anouk Barberousse, Vincent-Arnaud Chappe, Roger Chartier, Baptiste Coulmont, Renaud Debailly, Christopher Donohue, Pascal Engel, Jean Frances, Yann Giraud, Nathalie Heinich, Philippe Huneman, Marc Joly, Jérôme Lamy, Stéphane Le Lay, Mathieu Quet, Claude Rosental, Arnaud Saint-Martin, Pierre Schapira.

 


Samedi 14 octobre 2017
HORS LES MURS
Salon lyonnais du livre maçonnique

Ouvert à tous, le Salon Lyonnais du Livre Maçonnique est organisé par les Francs-Maçons lyonnais, hommes et femmes, appartenant à différentes obédiences.

Vous trouverez le programme ici.

 


Jeudi 19 octobre 2017 à 19h
Gilles Chavassieux
viendra présenter l'ouvrage :
Pour le Théâtre - Les Ateliers Lyon (1975-2014) (éditions Michel Chomarat).

Quelques mots de l'auteur :

"De 1975 à 2014, au théâtre les Ateliers, nous voulûmes d’abord construire un espace de liberté. En compagnie d’auteurs – nos contemporains – nos vies furent emportées dans le mouvement de l’Histoire. Minuscules joueurs prométhéens, nous tentions d’en accélérer le courant ou de lui résister et ce choix a donné sens à notre vie. La rencontre, avec la force du verbe des poètes vivants, transcenda des clivages, fit se lever des publics nouveaux porteurs d’une résistance secrète face à la force des choses. Nous avons rêvé. Au cœur de Lyon de l’après-68, un théâtre affranchi, un théâtre libre où faire découvrir des auteurs contemporains, par de longues séries de représentations, pour des créations et autres accueils de compagnies françaises, francophones et étrangères, fut notre bataille. Des énergies créatrices sont nées. Mais qu’en est-il aujourd’hui des foyers de création, hors contrôle de toute baronnie, publique ou privée ?"

 



Rencontres précédentes 2017

2016                                       2012-2013-2014-2015                                   Expos passées

                                                                                                                              
                                                                                                                                                  
© Le Bal des Ardents - Tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour créer un site web