Langue
Français
Recherche
Editeurs
Acces rapide
Accès rapide :
Newsletter
Inscrivez vous à notre newsletter.
Je m'abonne
Je me désabonne

Lectures, rencontres, débats...

 

Pour suivre l'actualité de la librairie, rejoignez-nous sur Facebook !


Vendredi 29 septembre 2017 à 19h
Nikola Delescluse, Eric Dussert et les éditions Le Vampire Actif
viendront pour une soirée autour de
Gabrielle Wittkop
et de son ouvrage
Litanies pour une amante funèbre (éditions Le Vampire Actif)

Publié initialement en 1977 en version bilingue chez l’éditeur italien Cegna, le seul recueil de poèmes connu de Gabrielle Wittkop, Litanies pour une amante funèbre, était depuis longtemps devenu totalement introuvable. À l’occasion des 40 ans de sa publication initiale, Le Vampire Actif éditions redonne, en 2017, un deuxième souffle à l’ensemble des 31 textes qui s’offrent tels de maléfiques mantras et livrent une composition poétique au remarquable romantisme noir. Ouvrage préfacé par Eric Dussert et illustré par des reproductions de collages de Gabrielle Wittkop totalement inédits..

 


Mercredi 4 octobre 2017 à 19h
Tanx et Fabcaro
viendront pour une rencontre exceptionnelle.
Miquel Clémente
sera également présent en digne représentant des éditions 6 pieds sous terre.

Quelques mots sur Tanx par Chifoumi :

"On aura toujours bien du mal à essayer de résumer et d’étiqueter le travail et le parcours de Tanx, et on la soupçonne même de s’en amuser…
Au gré des années, son travail d’illustratrice et son approche sans concessions (au propre comme au figuré) auront fait couler beaucoup d’encre. Le dessin de Tanx, reconnaissable entre mille, est suffisamment puissant et maîtrisé pour l’isoler du reste de la troupe des amateurs de l’école ricaine (pardon pour le raccourci). Croisée au sommaire de tonnes de publications alternatives, l’infatigable Tanx produit fanzines, gravures, illustrations, affiches de concerts, livres de bande dessinée avec une cadence métronomique évacuant toute possibilité d’avoir réellement les doigts propres.
Et lorsqu’elle se les lave, c’est pour taper sur son clavier et constituer de vitaux points de vue, souvent sous la forme de coups de gueule salvateurs, car la bordelaise est l’une des très rares à essayer d’attirer l’attention sur le dangereux mirage qui consiste à croire que l’artiste à forcément la belle vie : la précarité, les conditions du métier d’auteur, la condition des femmes sont au centre de ses préoccupations, entre autres sujets. Et on l’imagine bien ne jamais se calmer, ou alors tout juste le court temps de rejoindre sa presse typographique afin d’assurer la reproduction de ses propres œuvres, pour le plus grand bonheur des nombreux adorateurs de son boulot.
La minutie et la rage, le DIY et la farouche méfiance de “l’industrie”, l’énergie et l’engagement : puisqu’on vous dit que c’est dur de résumer Tanx…"

Et voici quelques albums que vous pourrez (re)découvrir à la librairie : Des croûtes au coin des yeux, Velue, Faire danser les morts, Rock zombie !

Et sur Fabcaro par les éditions 6 pieds sous terre :

"Né en 1973, Fabcaro poursuit depuis une dizaine d'années son exploration de la bande dessinée d'humour entre expérimentation, autobiographie et absurde, seul ou officiant au scénario pour d'autres, alternant les albums pour des éditions indépendantes avec notamment Le steak haché de Damoclès, L'album de l'année ou La clôture, et albums plus grand public, parmi lesquels Z comme Don Diego (avec Fabrice Erre) ou Amour, passion et CX diesel (avec James). Il a également collaboré à divers magazines ou journaux comme Tchô !, L'écho des savanes, Psikopat, ZOO, CQFD, Kramix ou Fluide Glacial pour lequel il travaille actuellement, ou des revues comme Jade et Alimentation générale. Il est aussi l'auteur d'un roman, Figurec, paru en 2006 aux éditions Gallimard."

Mais comme ils sont modestes, ils ont oublié de parler de ses ouvrages majeurs parus chez eux : -20% sur l'esprit de la forêt, La Bredoute, Carnet du Pérou et Zaï Zaï Zaï Zaï.



 









Jeudi 5 octobre 2017 à 19h
Caroline Frau, membre du Collectif du 9 août
viendra présenter l'ouvrage :
Quand ils ont fermé l'usine - Lutter contre la délocalisation dans une économie globalisée (éditions Agone).

Les effets de la délocalisation et l’organisation pour s’en défendre à partir de l’expérience concrète des ouvriers de Molex.

Cet ouvrage retrace la lutte des salariés licenciés de l’usine Molex, dans la commune de Villemur-sur-Tarn, pour empêcher la fermeture de « leur » usine dans un contexte de mondialisation de l’économie, de désindustrialisation française et de délocalisation, sur fond de crise économique en 2008. Il s’agit de comprendre les conséquences du licenciement tout autant que de la mobilisation politique sur les salariés licenciés. Ce livre est le résultat d’une recherche collective menée durant six ans par des politistes et sociologues qui ont suivi la fermeture du site de production et le combat des salariés.
Cette lutte a quelque chose d’improbable, tant en raison du choix des armes (principalement juridiques) que de son succès médiatique.

Le Collectif du 9 août est composé de neuf politistes et sociologues, en poste à Toulouse, Paris, Lyon, Lille et Marseille. Ils sont issus de diverses spécialités – sociologie politique, sociologie du travail, sociologie des médias, socio-histoire : Olivier Baisnée, Anne Bory, Bérénice Crunel, Éric Darras, Caroline Frau, Jérémie Nollet, Alexandra Oeser, Audrey Rouger, Yohan Selponi. Le nom du collectif est une référence à la décision de la cour d’appel de Toulouse du 9 août 2016 qui juge le licenciement économique des salariés de Molex Villemur « sans cause réelle et sérieuse » tout en précisant qu’en l’absence de situation de co-emploi la maison mère Molex Inc. ne paiera pas d’indemnités.
 


Jeudi 12 octobre 2017 à 18h30
Arnaud Saint-Martin, directeur de la publication de la revue Zilsel et Bernard Lahire
viendront présenter le deuxième numéro de la revue
(éditions du Croquant)

La revue Zilsel poursuit ses incursions dans des territoires scientifiques et techniques méconnus.  Le sommaire de cette nouvelle livraison est composé d’articles de fond sur des sujets aussi variés que l’invention de l’« hypothèse Gaïa », les mobilisations contre l’Agence nationale de la recherche, les projets de « sociologie post-philosophique » de Norbert Elias et de Pierre Bourdieu, la socio-genèse des Tourism studies ou la socialisation des élèves ingénieurs. Un dossier est consacré à l’injonction méthodologique, fondatrice des Science and Technology Studies, d’étudier les sciences en train de se faire et de se défaire par le jeu des controverses. Après des décennies de tests et de tournants théoriques, il était temps de faire le point et de réfléchir sur les promesses de l’entrée par les controverses scientifiques.
Ce numéro comprend également un cours inédit de Michel Foucault sur l’ethnologie, qu’il donna à l’École normale supérieure au début des années 1950, en plus d’un long entretien avec Diane Vaughan, sociologue étasunienne dont l’enquête sur le crash de la navette spatiale Challenger est devenue un classique des sciences humaines et sociales contemporaines. Une série de notes critiques complète l’ensemble.
Volontiers éclectique et résolument enthousiaste, ce numéro s’efforce donc de maintenir le cap fixé à la naissance de Zilsel.   
 


Samedi 14 octobre 2017
HORS LES MURS
Salon lyonnais du livre maçonnique

Ouvert à tous, le Salon Lyonnais du Livre Maçonnique est organisé par les Francs-Maçons lyonnais, hommes et femmes, appartenant à différentes obédiences.

Vous trouverez le programme ici.

 


Jeudi 19 octobre 2017 à 19h
Gilles Chavassieux
viendra présenter l'ouvrage :
Pour le Théâtre - Les Ateliers Lyon (1975-2014) (éditions Michel Chomarat).

Quelques mots de l'auteur :

"De 1975 à 2014, au théâtre les Ateliers, nous voulûmes d’abord construire un espace de liberté. En compagnie d’auteurs – nos contemporains – nos vies furent emportées dans le mouvement de l’Histoire. Minuscules joueurs prométhéens, nous tentions d’en accélérer le courant ou de lui résister et ce choix a donné sens à notre vie. La rencontre, avec la force du verbe des poètes vivants, transcenda des clivages, fit se lever des publics nouveaux porteurs d’une résistance secrète face à la force des choses. Nous avons rêvé. Au cœur de Lyon de l’après-68, un théâtre affranchi, un théâtre libre où faire découvrir des auteurs contemporains, par de longues séries de représentations, pour des créations et autres accueils de compagnies françaises, francophones et étrangères, fut notre bataille. Des énergies créatrices sont nées. Mais qu’en est-il aujourd’hui des foyers de création, hors contrôle de toute baronnie, publique ou privée ?"

 


Jeudi 26 octobre 2017 à 19h
Rendez-vous bimestriel autour de la revue
en partenariat avec Livraisons - Des revues en Rhône-Alpes.

"Une creative method accidentée" - Dossier Liliane Giraudon
La revue Faire part consacre son n° 36-37 à l'écrivain, poète, traductrice et responsable de revues Liliane Giraudon. 

Liliane Giraudon et deux membres du comité de rédaction de la revue Faire part (Alain Chanéac et Jean-Gabriel Cosculuella) pour fêter la parution de ce riche numéro de près de 300 pages. Un libre parcours dans le sommaire du numéro, ponctué de temps de lecture, permettra de mieux faire connaître l’œuvre littéraire à multiple dimensions de Liliane Giraudon et de revenir sur son parcours en femme de revues.



 


Vendredi 3 novembre 2017 à 18h30
Claire & Jake
viendront dédicacer leurs bandes dessinées dont le dernier
Francis est papa (éditions Cornélius).

Longtemps attendu et réclamé par les fans, le tome 7 des aventures de Francis, le blaireau farceur, arrive enfin ! Mais pour ceux qui n’auraient pas encore la chance de le connaître, qui est cet animal et à quoi occupe-t-il son existence champêtre ? Francis, blaireau mâle de forte taille et de caractère impulsif, se promène dans la campagne. Parfois cherchant l’amour. Parfois sauvant le monde. De temps à autre, il veut mourir. Souvent, il rate sa vie ou attrape des maladies. Ses différentes tribulations sont toutes réunies dans cette série instructive, qui a vu ses adeptes se multiplier comme des hamsters. Dans le septième volume de ses aventures, Francis, enfin adulte, offre au monde une descendance digne de lui, à ses risques et périls. Déjà un classique, l’animal est né dans les pages de l’obscure Sbrödj Review. Son destin, forcément farceur, a rencontré très tôt celui de la collection Delphine. Et bien lui en a pris. Rassemblant aujourd’hui une véritable communauté de lecteurs qui suivent avec délectation toutes ses cocasses mésaventures (aussi bien entre les pages de Fluide Glacial que dans les albums publiés chez Cornélius) Francis est devenu un personnage inévitable des campagnes françaises, bondissant depuis plus de 20 ans à travers champs alors que ses auteurs poursuivent leurs expériences sur les animaux…






Vendredi 10 novembre 2017 à 19h
Fanxoa
viendra présenter son recueil de nouvelles
Un jeune homme éventré (éditions Archives de la Zone mondiale).

1983 : Fanxoa, futur chanteur et co-fondateur de Bérurier Noir, est encore étudiant aux Beaux-Arts de Paris. L'époque est sombre, le tableau écarlate, la mort rôde. Fortement marqué par le cinéma japonais d'avant-garde ou de la nouvelle vague, il rédige 24 histoires courtes toutes en tension, pulsions et cruauté. On retrouve au fil des pages quelques influences majeures de la culture de la fin des années 70 : Cavani, Fassbinder, Kubrick, Mishima, Pasolini, Visconti... Influence samouraï et soldatesque érotisée mais aussi manifeste nihiliste, gestuelle autodestructrice, le petit « théâtre de force » prend forme dans le fantasme d'un suicide psychologique et d'une renaissance.Sur le plan pictural, ce brûlot de sous-culture punk n'est pas sans rappeler les belles heures de Bazooka. 37 illustrations, réalisées entre 1979 et 1984, nous exposent corps, carcasses, chairs à vif, sensualité, « éros + massacre », à la manière d'un Yoshida.
Un jeune homme éventré est une traversée crue et vacillante dans un néant sublimé et nous plonge dans la genèse psychologique d'un des principaux groupes de la scène punk alternative française.

 


Jeudi 16 novembre 2017 à 19h
Pacôme Thiellement
viendra présenter son essai
La Victoire des sans roi : révolution gnostique (éditions PUF).

A partir du corpus de textes gnostiques excavés en 1945 en Égypte, l'écrivain propose une relecture de l'histoire de la chute de l'Occident et un retour à l'histoire de la gnose pour pratiquer une autre exégèse du contemporain. En considérant la pop culture comme une nouvelle sagesse et philosophie spirituelle pouvant sauver l'Occident, il donne une démonstration du message christique.

« Je vous réprouve, vous qui existez, dit Jésus dans L’Apocryphe de Jacques, devenez semblables à ceux qui n’existent pas. » Si la divinité est le plus faible des êtres possibles, pour la défendre, il faut se faire soi-même faible. Si la divinité est sans pouvoir, il faut se faire soi-même puissance sans pouvoir. Si la divinité est invisible, il faut se faire soi-même imperceptible. Comme dans un conte célèbre, seul l’enfant est assez petit et donc assez libre pour pouvoir dire que le roi est nu. Et seul l’oublié est assez faible pour pouvoir dire que le monde est une illusion dont il s’est délivré. « Je suis devenu très petit, dit Valentin dans Une Explication de la gnose, afin que, grâce à mon humilité, je puisse t’emmener dans les hauteurs sublimes d’où tu es tombée. » Nous ne pourrons rester devant cette porte entrouverte encore bien longtemps.

 


Mercredi 22 novembre 2017 à 19h
Rendez-vous bimestriel autour de la revue
en partenariat avec Livraisons - Des revues en Rhône-Alpes.

Revue Initiales consacrée à Maria Montessori

Paraissant deux fois par an, Initiales, est une revue produite et éditée par l'École nationale supérieure des beaux-arts (Ensba) de Lyon, et coproduite par la Fondation d'entreprise Ricard.

La revue esquisse les contours d'une galerie de « portraits en creux » en s'organisant autour de « figures-source », existantes ou fictives. Des figures d'artistes, philosophes, écrivains, architectes ou cinéastes dont le dénominateur commun est qu'elles ont « fait école » dans leur discipline et au-delà, dans les champs qu'elles ont investis ou traversés. L'œuvre, la pensée mais plus encore les méthodes déployées, les pistes explorées (et parfois avortées) ou les réseaux créés par cette figure de référence servent de sous-texte ou de script à chacune des livraisons.

Réunissant, à partir d'une même figure, une série de contributions centrifuges, Initiales met ainsi en jeu un usage de la source et une expérience du temps qui ne sont ni ceux de l'historien ni ceux du scientifique, mais qui sont à l'œuvre dans le travail de l'art et qui sont au cœur de la réflexion menée depuis 2004 par le groupe de recherche ACTH (Art contemporain et temps de l'histoire) de l'Ensba Lyon.

Revue de recherche et de création, Initiales fait le pari qu'une école d'art est aujourd'hui l'un des lieux les plus aptes à produire et organiser des formes et des pensées nouvelles, susceptibles de venir nourrir le débat et élargir le champ de l'art et de la pensée. Conçue et produite, tant du point de vue de ses contenus que d'un point de vue graphique, par et depuis l'Ensba, et faisant intervenir de nombreux contributeurs extérieurs, c'est une revue d'école, mais dans l'exacte mesure où l'école est un lieu de passage, de rencontre et de collaboration avec de multiples acteurs qui lui sont aussi extérieurs.

 



Rencontres précédentes 2017

2016                                       2012-2013-2014-2015                                   Expos passées

                                                                                                                              
                                                                                                                                                  
© Le Bal des Ardents - Tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour créer un site web